Une soirée à l’opéra avec YuMi

2017-09-06 - Dans les coulisses de la préparation de YuMi à la direction d’orchestre

La direction d’orchestre ne se limite pas à se tenir debout et à agiter les bras devant un orchestre. Le rôle du chef-d’orchestre est de partager la vision d’une œuvre musicale, de donner la mesure et de façonner les différentes voix des musiciens dans une seule et même expression faisant honneur au compositeur. La direction d’orchestre nécessite connaissances, technique, interprétation et charisme.

Récemment, j’ai eu l’extraordinaire chance de préparer le robot Yumi d’ABB, le premier robot véritablement collaboratif à deux bras au monde, pour ses débuts en tant que chef-d’orchestre au Teatro Verdi à Pise en Italie pour le gala du premier festival international de la robotique. Essayer de maîtriser la technique nuancée d'un chef-d’orchestre humain avec YuMi a très certainement été l’une des tâches les plus difficiles et gratifiantes de ma carrière professionnelle. YuMi accompagnera le ténor italien Andrea Bocelli pour interpréter le répertoire de Verdi avec l’Orchestre philharmonique de Lucca.

La technologie de pointe de YuMi m’a fasciné et m’a fait découvrir différents moyens d’exprimer l’art et la musique au travers d'un robot. La création de l’interaction entre le coude, l’avant-bras et le poignet du robot, en exploitant sa modularité lors de tentatives répétées de décomposition des temps et contretemps, s’est avérée un véritable succès.

La performance du robot a été développée en deux temps. Tout d’abord, mes mouvements ont été capturés par un processus appelé « programmation par guidage » où les deux bras du robot sont guidés afin de suivre mes mouvements avec un extrême souci du détail ; puis ces mouvements ont été enregistrés. La deuxième étape a consisté à affiner ces mouvements dans le logiciel RobotStudio d’ABB, où nous avons fait en sorte de les synchroniser avec la musique. Évidemment, cela a nécessité la mise en œuvre du savoir-faire d’ABB, mais la programmation par guidage m’a permis de me concentrer sur ce que je sais faire de mieux naturellement, donner vie à la musique. J’ai été très surpris de la facilité avec laquelle a été accomplie la performance.

Je dois avouer que le résultat est incroyable. Les nuances gestuelles d'un chef-d’orchestre ont été reproduites à un niveau qui me semblait inimaginable. Mais nous l’avons fait : YuMi a atteint un très haut niveau de fluidité gestuelle, avec une incroyable douceur et des nuances expressives. C’est une incroyable avancée, au vu de la rigidité des mouvements des précédents robots.

Évidemment, YuMi est performant lorsqu’il s’agit de technique mais n’est pas pourvu de la sensibilité humaine. Le robot utilise ses bras, mais l’âme, l’esprit, viennent toujours de l’humain. Je pense que ce robot pourrait servir d’assistant, peut-être pour exécuter la première répétition, avant que le chef-d’orchestre n’intervienne pour procéder aux ajustements nécessaires aboutissant à l’interprétation matérielle et artistique d'une œuvre musicale.

Une fois que nous nous sommes compris, YuMi et moi-même sommes devenus amis et j’ai hâte de découvrir sa performance.

______________________________________________________________________________________

Lors de ce gala qui aura lieu le 12 septembre, Andrea Bocelli interprétera « La Donna è Mobile », le célèbre air de Rigoletto (Verdi) sous la direction de YuMi. La soliste Maria Luigia Borsi interprétera, quant à elle, le légendaire « O mio babbino caro », extrait de Gianni Schicchi de Puccini. YuMi dirigera également un passage de l’intermezzo de l’opéra « Cavalleria Rusticana » de Mascagni.


À propos de l’auteur

Né à Lucca (Italie), il a commencé sa carrière de chef-d’orchestre en 1994 avec près de 200 interprétations d’œuvres du répertoire symphonique et opératique, en Italie et à l’étranger (Royaume-Uni, Bulgarie, Égypte, France), se consacrant essentiellement au festival PUCCINI E LA SUA LUCCA, dans le cadre duquel il dirige une saison opératique/symphonique de 15 concerts par an. Il a travaillé avec le Sophia Philharmonic Orchestra, le Sophia Symphony Orchestra, le Strauss Konzert Orchestra, l’Orchestra Lirico Sinfonica di Grosseto, l’Orchestra Filarmonica Nazionale Italiana et le Lucca Philharmonic Orchestra, fondé par Colombini en 2010 et qui s’est vite imposé comme l’un des plus grands orchestres de Toscane et d’Italie. Entre 2013 et 2016, il a dirigé avec succès l’orchestre du Vienna Musikverein, où il a exécuté les œuvres de Puccini.

    •   Cancel
      • Twitter
      • Facebook
      • LinkedIn
      • Weibo
      • Print
      • Email
    •   Cancel
    seitp202 19398aea0183bf4cc12581930029528b